Culture

Exposition de peintures d'Isabelle Crampe

Exposition de peintures d'Isabelle Crampe

Cette exposition est ouverte à partir du 6 janvier aux heures d'ouverture du Conservatoire (plus d'infos).

 

JEUDI 9 JANVIER 2020

18h15 : Vernissage
19h :  « A la surface de l’étoile », poésie et improvisation musicale à partir du livre « Au revers de l’abîme », poème de Christophe Schaeffer, accompagné de peintures d'Isabelle Crampe, publié aux Éditions de l'Improbable.
Christophe Verzeletti, comédien • Julien Grassen-Barbe, piano, Denis Lehman, violon et violon baryton

- Entrée libre -

 

Quelques mots de l’artiste :

Je considère la peinture, tout comme toute forme d'art, comme un indispensable lieu d'humanité. Quelque chose de précieux, fragile et puissant, qui nous rend la plénitude d'être vivants. C'est pour cela que je peins. 
Le livre « Revers de l'abîme » a permis la rencontre de la poésie et de la peinture. Puis se sont ajoutées la musique et la voix. 
Ces rencontres, assez rares, me réjouissent.

 

Ma démarche

Pour commencer il faut faire silence. 
Bercer (berner) les pensées jusqu'à l'endormissement. 
Les hypnotiser même car elles sont tenaces, elles veulent dominer, donner leur avis, leurs directives. 
Il faudra trouver cet interstice, ce moment suspendu qui permettra d'initier un chemin sur la toile, presque à l'aveugle.
Faire confiance à la main, lui laisser le champ libre, en équilibre sur le fil du doute. Avancer sans savoir où cela mènera.
Il faut accepter de ne pas savoir, de ne pas comprendre, de s'égarer, de s'exiler même dans un territoire si étrange. 
Cela ne se comprend pas.
Les critères du monde connu se dissolvent et quelque chose prend forme, dans le tatonnement, d'autres fois dans le jaillissement.
Rien n'est jamais pareil, rien ne se répète. 
Tout est à recommencer, à chaque fois, pour retrouver ce passage, cet espace ténu mais vivant entre les barricades.
Aucun savoir ne peux aider à inventer ces chemins qui nous sauvent de la violence du monde.

 

isabellecrampe.odexpo.com

 

A propos de "A la surface de l'étoile" :

 

Tout commence avec le rêve de l’éditeur Richard Ober.

Professeur de lettre, écrivain, éditeur de poésie ; il publie le poète Christophe Schaeffer. Son recueil « Horizon(s) » est une merveille poétique et une magnifique réussite de mise en page et d’édition.

Le soin et la sensibilité de l’écrivain-éditeur donnent à ses ouvrages un caractère particulier et au texte l’espace poétique qu’il mérite.

Son auteur, Christophe Schaeffer  a écrit plusieurs livres de philosophie et de poésie après sa thèse sur Emmanuel Levinas.

« Au revers de l’abîme » est un recueil de poésie né de la rencontre transdisciplinaire de l’œuvre de Christophe Schaeffer et de celle d’Isabelle Crampe, artiste plasticienne.

« A la surface de l’étoile » poursuit cette transdisciplinarité, avec les improvisations de deux musiciens : Julien Grassen-Barbe (piano) et Denis Lehman (violon et violon baryton) et le récital poétique de l’œuvre « Au revers de l’abîme » par le comédien Christophe Verzeletti.

Pour Julien Grassen–Barbe, (pianiste, poète et ethnomusicologue), il s’agit de transdisciplinarité et non d’interdisciplinarité, car ce qui se joue ici est plus de l’ordre de la transformation de soi par autrui que d’une simple intersection.